> The group / Financial Information
Augmenter le texte
Diminuer le texte Imprimer Envoyer par mail

ANNUAL REPORT 2011-2012 - Bayard Group

RAPPORT DE GESTION du GROUPE BAYARD
Exercice 2011-2012


ACTIVITÉ DU GROUPE

Contexte Ă©conomique

Sur la période juillet 2011 à juin 2012, la diffusion des principaux titres de presse en France enregistre un repli. La diffusion France payée des journaux et magazines a reculé de l’ordre de 2,8 % au premier semestre 2012, après une année 2011 en baisse de 1,4 % pour la presse quotidienne nationale et de 3,1 % pour la presse magazine [Source OJD].
La vente au numéro est en recul de 7 % en volume et de 5 % en valeur en cumul depuis juillet 2011 [Source : Presstalis], après huit années de baisses consécutives.

Les revenus publicitaires de la presse en France subissent Ă©galement un repli sur un an glissant, avec des volumes de pagination en retrait de 2,6 % sur la presse magazine et de 9 % sur la presse quotidienne nationale ; le premier semestre 2012 subissant la mĂŞme tendance [Source : Kantar Media].

Alors que le marché du livre en France est en baisse de 2,2 % en cumul depuis juillet 2011, le marché du livre jeunesse progresse de 1,7 % en valeur.

Aux États-Unis, la diffusion totale des magazines pour le 1er semestre de 2012 est demeurée stable (0,1 %), avec une chute des ventes en kiosque de 9,3 % et une progression des abonnements payés de 1,1 % [Source : Audit Bureau of Circulations].

Au Canada, la diffusion totale des magazines a baissé de 5,4 % comparée à la même période l’année dernière.

Faits marquants de l’exercice


Le groupe a multiplié les initiatives dans le domaine du numérique tout au long de l’année.
Bayard Presse a lancé la commercialisation du J’aime Lire Store début 2012, nouvelle offre de lecture numérique à destination des 3-12 ans, ainsi que BayaM, site Internet sécurisé d’éveil et de jeux pour les enfants de 3-7 ans et de 7-13 ans.
Bayard Presse Investissement a pris des participations dans des sociétés ayant des activités numériques en proximité avec ses publics, en France, au Canada et en Espagne.
Éditions Milan a signé un accord de diffusion numérique avec son diffuseur-distributeur Hachette afin de développer ses ventes de livres numériques.

Le groupe a signé un accord relatif aux droits d’auteurs des journalistes et modifié ses contrats auteurs de l’édition pour permettre un élargissement de la valorisation de la création, en particulier dans le domaine du numérique.

Bayard Éditions a connu des ventes exceptionnelles en 2011/2012 du livre Le second souffle (réédité fin 2011) adapté de l’autobiographie de Philippe Pozzo di Borgo, et qui a inspiré le scénario du film Intouchables.


RÉSULTATS

Chiffre d’affaires consolidé


Le chiffre d’affaires consolidé de l’exercice s’élève à 376,8 M€, contre 377,5 M€ en 2010/2011. Le chiffre d’affaires de BP Canada, non inclus dans ce total, s’élève à 19,2M€.
À change constant, le chiffre d’affaires est stable par rapport à 2010/11 (- 0,3 %).
Le chiffre d’affaires des sociétés françaises s’élève à 312,7 M€ (83 % du total) et recule de 0,4 %. Le chiffre d’affaires des sociétés étrangères, à 64,1 M€, progresse de 0,5 % par rapport à 2010/2011.

Le chiffre d’affaires de la diffusion presse, à 253,5 M€, est en retrait de 0,9 % à données comparables, sous l’effet du recul des portefeuilles abonnés de certains grands titres. En France, les ventes au numéro sont toutefois en progrès pour les magazines Bayard Jeunesse.

Les revenus publicitaires du groupe (9 % du CA total) sont en retrait de 6,5 %.

Les ventes de livres sont en progression de 7,4 %, avec une seconde année exceptionnelle pour Bayard Éditions liée à la sortie du tome 4 d’Eragon (Héritage) et à la réédition du livre Le second souffle, après l’année 2010/11 marquée par les succès Lumières du monde et Des hommes et des dieux.

RĂ©sultats

La marge opérationnelle du groupe s’établit à 10,5 M€ contre 11,3 M€ en 2010/2011.

Le résultat d’exploitation du groupe s’élève à 6,2 M€ contre 3,9 M€ sur l’exercice 2010/2011.
Ce résultat inclut 2,5 M€ de coûts de restructuration, alors qu’ils s’élevaient à 5,6 M€ en 2010/2011.

Le résultat financier s’élève à + 0,8 M€ contre - 1,2 M€ en 2010/2011. La variation positive s’explique par la hausse du résultat de change liée à l’évolution des créances détenues par BPI en dollars.

Le résultat exceptionnel s’établit à - 0,9 M€ contre + 21,1 M€ en 2010/2011. Ce résultat incluait en 2010/2011 une plus-value liée à la cession en septembre 2010 de la Sofédis (Société de diffusion et de distribution du livre).

Une charge d’impôt de 2 M€ a été enregistrée contre 0,1 M€ en 2010/2011.

Le résultat net intègre des charges d’amortissement et de dépréciation d’incorporels et survaleurs pour 4,3 M€ contre 4,7 M€ en 2010/2011.

Le résultat net du groupe s’élève au 30 juin 2012 à 1,8 M€, contre un résultat 2010/2011 de 21 M€ incluant la plus-value de cession de la Sofédis.

Les capitaux propres part du groupe s’élèvent à 42,5 M€ contre 40,1 M€ à fin juin 2011.

Trésorerie et bilan

La trésorerie du groupe est structurellement excédentaire grâce aux ressources importantes de fonds de roulement générées par les abonnements.

Le risque de change lié aux actifs financiers en dollars canadiens et dollars américains fait l’objet de couvertures fermes ou optionnelles pour tout ou partie des montants en jeu.

La trésorerie disponible s’élève à 55,3 M€ au 30 juin 2012 contre 52,6 M€ au 30 juin 2011.
Les dettes financières long terme ont diminué de 4,7 M€.
La trésorerie nette des dettes financières augmente de 7,4 M€, passant de 29,1 M€ au 30 juin 2011 à 36,5 M€ au 30 juin 2012.

La trésorerie générée par l’exploitation est positive à + 8,8 M€, sous l’effet d’une marge brute d’autofinancement de 9,1 M€ et d’une relative stabilité du besoin en fonds de roulement ainsi que des abonnements à servir.
La dette abonnés est ainsi passée de 83,3 M€ au 30 juin 2011 à 83,5 M€ au 30 juin 2012.

La trésorerie affectée aux opérations d’investissements et cessions a représenté un décaissement net de 1,3 M€.

La variation des comptes courants des filiales intégrées proportionnellement ou mises en équivalence a généré un décaissement net de 0,2 M€.

Le groupe a financé par crédit-bail les aménagements du site de Montrouge pour un montant global de 6 M€ en 2008. Ce crédit-bail fait l’objet d’un retraitement dans les comptes consolidés avec la constatation d’immobilisations à l’actif pour une valeur nette de 3,5 M€ et d’un emprunt correspondant au passif pour 1,3 M€ au 30 juin 2012.


PERSPECTIVES

Evénements importants survenus depuis la clôture de l’exercice

Un accord tripartite entre l’État, Presstalis et les éditeurs des coopératives qui lui sont associées, a été signé le 5 octobre, permettant à la messagerie d’éviter une mise en redressement judiciaire et d’assurer une continuité d’exploitation dans le cadre d’une nouvelle organisation de la filière.

NDS Voyages, organisateur de voyages et croisières dont la promotion était assurée dans certaines publications et sur certains sites Internet de Bayard Presse SA, s’est déclaré en état de cessation des paiements le 1er octobre. Cet événement conduira Bayard Presse SA à revoir sa politique dans ce domaine.

Evolution prévisible et perspectives d’avenir

Le résultat de l’exercice 2012/13 devrait être positif et la trésorerie nette en progression, avec une marge brute d’autofinancement et des investissements stables.

La dégradation de la conjoncture économique globale et les difficultés sectorielles de la presse et de l’édition nécessiteront une vigilance accrue pour atteindre ces objectifs.

Le groupe poursuit ses objectifs : développement des audiences de ses grandes marques, soutien de son chiffre d’affaires en s’appuyant sur le marketing numérique et les nouveaux outils, déploiement de ses offres numériques et renforcement de sa présence à l’international, notamment sur les marchés émergents.